Une Femme, Un Modèle #6

Hello!

Ca y est la fin de l’année arrive, le réveillon de ce soir se prépare et… en avant pour la nouvelle année avec pleins de nouveaux objectifs à atteindre!

Pour finir cette année en beauté, j’ai choisi de vous présenter une personne positive et pleine de vie, qui surtout me rappelle mes années lycées dans le Ch’Nord, car c’est une lilloise tout comme moi!!!

Oui, les années lycées avec son lot de: DM de Maths + Cour de récré + Révisions pour le BAC sont déjà loin derrière nous, cependant, l’énergie et les rêves d’ados de cette époque nous animent toujours pour évoluer dans cette société qui parfois nous semble hostile!

Continuons de nous battre pour voir nos rêves devenir réalité.

Bonne lecture!

photo 2
image-1354

Présentation

Je m’appelle Amanda Kabuiku. J’ai 28 ans et je suis auteure, blogueuse et journaliste en région parisienne.

Profession

Je gravite dans le monde des médias depuis la fin de mes études en 2011. J’ai commencé à être blogueuse en janvier 2012 et j’ai toujours écrit pour d’autres médias. Oui, je suis journaliste et j’aime trop ça. Malgré la diversité de mes écrits, je garde cette marque journalistique et pour rien au monde, je m’en séparerais.

Pourquoi avoir choisi ce métier ?

J’aime les médias et le pouvoir qu’il confère. J’aime l’idée d’avoir une voix, ma propre voix et de la partager avec qui veux l’entendre. Le journalisme, même s’il a mauvaise réputation aujourd’hui, est synonyme de liberté. Cette liberté a un coût, j’en suis consciente !

Parle-nous d’une journée type

Je n’ai pas de journée type à proprement dite. Chaque journée est différente. J’essaie de ne pas dormir tard pour ne pas me lever tard, mais en général, je suis debout vers 7h45, puis je prends le temps de méditer en musique puis vers 8h45, je commence à lire mes mails. Souvent, je pense à répondre mais j’oublie, alors je lis la presse.

En générale, je commence à rédiger après le déjeuner mais ma journée est souvent rythmée par les appels. Sinon, je suis dans ma bulle et je rédige sans regarder l’heure. Ca c’est quand tout va bien !

Quel est ton parcours ?

J’ai une Licence en Sciences Economiques, Option Economie publique et Economie des inégalités de l’Université de Lille I et un Master en Médias et Production audiovisuelle de Sciences Com à Nantes.

J’ai toujours voulu faire du journalisme alors j’ai cru qu’il était bon de passer par une filière moins classique comme les lettres ou l’histoire pour faire la différence.

Quelles sont les difficultés rencontrées durant ton parcours ?

Ma vie professionnelle a commencé avec des difficultés. Le secteur des médias est bouché et il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus. J’ai dû me battre et je continue à le faire pour imposer ma différence. Je commence à peine à être reconnue, faut jamais baisser les bras !

Quelles sont les avantages de cette profession ? Les inconvénients ? 

J’aime écrire donc pour moi, j’ai trouvé une activité qui correspond à ma passion. Cependant, imaginer que tout ira bien dès les premières piges est un leurre. Le journalisme est une bataille de tous les jours parce que personne n’a vraiment sa place, elle s’arrache avec beaucoup de travail et d’opportunité. Le talent ne représente qu’un pourcentage minime.

Et pour la vie de famille ?

Je n’ai pas encore d’enfants mais je l’envisage très prochainement donc je profite de ces moments pour continuer à travailler et bâtir l’empire qu’il me reste à consolider. Je ne crois pas non plus que le fait d’avoir des enfants freinera mes ambitions. Tout est une question de priorité !

Ta place de femme dans ce milieu ? Comment la vis-tu ? Les femmes sont-elles solidaires entre elles ?

Oui très. La plupart de mes amies sont journalistes. On s’échange des tuyaux et on aime partager nos galères comme nos réussites.

A chaque fois que j’écris un truc, je reçois un coup de fil, du genre « Non, t’as pas écrit ça ! » ou encore « Tu devrais penser à ça !». Les gens sont en général très sympas.

Quels sont les conseils que tu pourrais donner à une jeune fille qui aimerait faire la même chose que toi ?

“Tu vas souffrir ma belle !” Non (rires)

C’est un joli métier mais il faut avoir les reins solides. Sans passion, on ne peut pas déplacer les montagnes. Il faut de la personnalité, de la persévérance et beaucoup de travail.

Quel était ton modèle quand tu étais plus jeune ? Et pourquoi ?

C’est peut-être assez banale mais je suis une fan d’Oprah Winfrey. Son parcours m’inspire vraiment.

6e238e2db24e2e43c182e7344ab08bbc_large
image-1355

Elle a démarré avec beaucoup de casseroles derrière elle et malgré tout ça, cette femme a gravi les échelons avec élégance et classe.

As-tu souffert de ne pas avoir de modèle ?

Dans un sens oui. De ne pas avoir eu de modèles français avec des “cojones” de malade (n.d.l.r.: avoir des couilles). Ici, tout est en demi-teinte.

AUDREYPULVAR_preview
image-1356

On se rend compte qu’Audrey Pulvar n’est plus vraiment Pulvar et que son professionnalisme s’est édulcoré à la longue. Il me manque cette figure de femme noire française assise sur ses positions avec fierté. J’attends !

Quel est ton produit beauté chouchou ?

Je suis une inconditionnelle du rouge à lèvres. Le Ruby Woo et le Rebel de MAC sont mes favoris. (cf. article sur le Ruby Woo: Osez le Ruby Woo de MAC).

Y a pas jour sans RAL, je suis trop FAN et je me sens systématique bien dans ma peau après en avoir appliqué.

Quels sont tes futurs projets ? 

Pour être honnête, je ne sais pas encore. Je laisse mon livre faire son chemin. Je réfléchis au thème du suivant mais rien ne presse. Je savoure ce moment et je continue à faire ce que j’aime faire : ECRIRE !

phenomenale-manda
image-1357

Si ce portrait vous a plu, je vous recommande vivement de découvrir le blog Phenomenal Manda où vous pourrez vous procurer “Phenomenal Manda – le livre”, qui décrypte avec humour les tendances beautés et mode actuelles. Amanda y raconte avec légèreté son chemin parfois semé d’embuches vers l’acceptation de soi…

Ainsi, vous retrouverez la totale authenticité d’Amanda (alias Manda) et surtout, vous aurez l’impression d’être assise dans sa chambre à ses côtés pour écouter son point de vue sur la société d’aujourd’hui, sur les filles Noires en général, les régimes, les hommes ou encore des artistes en vogue… etc.

Quoi qu’il en soit, l’essentiel est de toujours croire en soi pour avancer !!!

Manda, je te souhaite pleins de bonnes choses pour la nouvelle année à venir, et surtout continue d’écrire avec ton style à toi!

Sur ces bonnes paroles, je vous laisse pour préparer mon réveillon dignement!

Kisses et à l’année prochaine.

BE PHENOMENAL

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *