Une Femme, Un Modèle #5

Hi EveryOne!

J’espère que vous avez passé un bon WE et que vous êtes prêts à affronter le mois de décembre qui démarre dès demain…

Aujourd’hui, c’est avec plaisir que je vais vous présenter le portrait d’une femme ambitieuse et inspirante, qui m’est très chère et qui, par dessus tout, force le respect par sa vivacité d’esprit et sa détermination.

La suite à lire sans plus tarder…

Bonne découverte!

 Une femme un modèle #3

1. Présentation.

Je m’appelle Tchi Mbouani. Cela signifie “Eau de paix” dans la langue maternelle de mes parents, le bafang, qui est l’un des nombreux dialectes parlés au Cameroun. J’ai 32 ans, je vis à Londres et je suis actuellement Manager Stratégie Marketing chez Google.

2. Profession.

Je travaille actuellement chez Google dans l’équipe marketing européenne basée à Londres, et je m’occupe de définir la stratégie marketing et opérationnelle des différents centres d’appels Google basés en Europe. Nous aidons les petites entreprises à créer un compte AdWords afin qu’elles puissent créer leurs campagnes marketing en ligne, notamment pour figurer dans les résultats de recherche de Google Search.

Le cadre de travail est très international, je suis dans une équipe composée d’Anglais, de Français, d’Irlandais, d’Allemands, d’Italiens, d’Espagnoles, de Tchèques, de Russes, d’Israéliens, d’une Japonaise, d’une Américaine, d’une Camerounaise, d’une Grecque, et d’un Polonais.

Chez Google, on applique la formule “Work hard, Play hard” à la lettre. Les employés sont ambitieux, très compétents et très travailleurs. Mais ils ont la chance d’être dans un cadre où le jeu et la détente font également partie du travail. Tables de ping pong, de babyfoot et de massage sont placées dans les open spaces pour qui veut prendre une pause entre deux réunions.

3. Pourquoi avoir choisi de commencer ta carrière ailleurs ?

Avoir une carrière internationale a toujours été un grand désir de vie. Je dis toujours que mon premier amour, je l’ai découvert à l’âge de 8 ans, quand j’ai eu mes premiers cours d’anglais. J’étais dès lors prédestinée à vivre à l’étranger un jour dans ma vie, tant j’aimais les langues.

J’ai eu la chance de faire quelques stages professionnels en France. Cependant je languissais cette promesse d’un meilleur traitement des étrangers au pays de Shakespeare. C’est ainsi que j’ai décidé de m’installer en Angleterre en 2006.

4. Quel est ton parcours post-BAC ? 

Après le Bac, je suis entrée en classe préparatoire économique et commerciale, plus connue sous le nom de “Prépa HEC”. J’y ai passé trois ans afin de préparer le concours d’entrée aux grandes écoles de commerce, et en 2002 j’ai décroché une entrée à l’EDHEC.

5. Quelles sont les difficultés rencontrées durant ton parcours et en début de carrière ?

Je suis arrivée en Angleterre de façon déterminée mais candide, sans boulot, ni logement, ni famille. Je n’avais que deux mois d’économies sur moi. Ca n’a pas été facile dans les débuts.

6. Ta place de femme dans ce milieu professionnel ? 

Dans le cas de Google, il y a deux façons d’aborder la question. Plusieurs rapports d’étude ont fait état cette année de la sous-représentation des femmes dans les postes de management dans les boîtes high-tech. Google ne fait pas exception avec ses 21%.

Cependant à mon niveau, nous sommes bien représentées et surtout bien traitées. Les employées Google ont de nombreux avantages en terme de maternité, de flexibilité d’emploi du temps ou de programme de garde d’enfants.

Une femme un modèle #1

Pour être le meilleur il faut beaucoup travailler. Dans un cadre comme celui de Google où tous tes collègues sont très bons, il n’est pas facile de se démarquer. Tu dois donc redoubler d’efforts. C’est un compromis qui n’est pas facile à faire quand on a un mari et des enfants dont on doit s’occuper. Ce n’est pas encore mon cas, mais je sais que le jour où ça viendra, j’aurai quelques sacrifices à faire pour espérer maintenir le niveau.

7. Quels sont les conseils que tu pourrais donner à une jeune fille qui aimerait faire la même chose que toi ?

Mon premier conseil serait : “Ecoute ton coeur et suis tes passions”.

Souvent, la jeunesse et la naïveté nous amènent à vivre au travers du regard des autres et non du sien. Il est très important que tôt dans la vie, chaque individu soit fidèle à soi-même et à ses passions.

L’école est importante, mais n’est qu’un passage. Ce sont les ambitions et les passions qui elles constitueront le baromètre de la qualité de vie (et ceci n’inclut pas les jeux vidéos bien sûr).

8. Plus jeune, quel était ton modèle ? Et pourquoi ?

J’ai commencé à avoir des modèles féminins connus vers l’âge de 20 ans.

hbz-november-2012-owning-it-oprah-jil-sander-xln

Oprah Winfrey était la première : C’est une femme unique qui a réussi ce qui parait l’impossible à une époque où la femme noire souffre encore de la double discrimination vis-à-vis de son sexe et de sa couleur de peau. Oprah a un parcours unique commencé dans un milieu défavorisé et parsemé d’embûches et d’échecs. Mais son succès aujourd’hui prouve à quel point, avec force de caractère, on est capable de surmonter les malheurs et difficultés les plus excessifs.

maathai

Aujourd’hui, je suis très impressionnée par les hommes et les femmes de paix tels que Wangari Maathai et Aung San Suu Kyi. Peut-être que le prénom que mes parents m’ont donné a quelque chose à y voir… Ce sont pour moi les modèles ultimes, ceux capables de changer l’homme en mieux à l’échelle mondiale, de le faire accepter ce qu’il est et de lui permettre de générer un environnement de paix et de tolérance avec les individus d’autres nations et cultures.

Cependant, je pense que c’est important de ne pas avoir que des modèles connus. Souvent, dans mon entourage, je tombe sur des femmes qui déploient chaque jour de très grandes qualités humaines. Ce sont en général des collègues ou des amies.

Il faut aussi apprendre à se nourrir de ces qualités, les célébrer et les reproduire afin d’avancer et de s’améliorer au quotidien.

Quote-by-Aung-San-Suu-Kyi

9. Quel est ton produit beauté chouchou ? 

Le beurre de karité 100% naturel que je m’applique sous les yeux chaque jour avant de me coucher.

Quels sont tes futurs projets ? 

Vous voulez faire rire le Bon Dieu? Racontez lui vos projets. (rires)

Grâce à ce portrait, je souhaitais une fois de plus montrer que l’ambition repose essentiellement sur la perception de notre propre potentiel. Plus que la confiance en soi, l’ambition est la clé du succès pour de nombreuses femmes comme Tchi Mbouani!

La nouvelle génération de femmes qui commence à faire son arrivée sur le marché du travail a une perception très positive de sa propre valeur, ce qui augure bien pour leur avenir.

Par ailleurs, comme le note justement Anna Fels, auteure du livre « Necessary Dreams: Ambition in Women’s Changing Lives », l’ambition n’est pas une chose que l’on perd à tout jamais : elle peut renaître de ses cendres et fleurir de nouveau. Mieux vaut tard que jamais! NON?

A très bientôt!

Kisses.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

5 commentaires

  1. Merci beaucoup Anita pour cet article, ainsi que pour tout le travail que tu fais en faveur de l’épanouissement de la femme noire. Rares sont les personnes au coeur précieux et généreux comme le tien. Longue vie à Kidjiworld xxx

    • Merci à toi!
      Notre collaboration a été un réel plaisir !
      J’espère que cela permettra à certaines de prendre davantage confiance en elle afin de pouvoir s’épanouir dans des projets divers et variés!
      A très vite
      Kisses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.