Une Femme, Un Modèle #17

Chose promise, chose dûe…La fin du mois de novembre arrive et c’est avec plaisir que je vous invite à découvrir le profil d’une jeune maman qui partage avec nous son univers professionnel en Afrique de l’Ouest!

En effet, à l’heure où l’économie décolle sur le continent africain, il est intéressant de se demander quels parcours les femmes africaines diplômées ont et comment elles accèdent à des postes clés en entreprise. Le développement de carrière des femmes en Afrique est une thématique à part entière mais qui reste encore très peu abordée…

Bonne découverte!

DSCN0990
image-6741

Présentation.

Inan, togolaise, 34 ans, Gestionnaire des Ressources Humaines dans une institution financière. Je vis à Lomé.

Profession. En quoi consiste ton travail ?

Concilier les nécessités économiques avec les réalités sociales de l’entreprise est la délicate mission des professionnels chargées des ressources humaines.

Au quotidien, nos tâches sont nombreuses : gérer les contrats et les fiches de paies, recruter de nouveaux personnels (mais aussi éventuellement licencier), valoriser les carrières, développer les compétences individuelles et collectives, gérer les relations sociales et les éventuels conflits, définir une politique managériale et sociale performante….etc.

C’est tout cela que je fais depuis bientôt 8 ans en banque. J’ai commencé en tant qu’assistante et 3 ans plus tard, mon profil a intéressé une autre banque. J’ai quitté mon premier employeur et très rapidement je suis passée responsable. Aujourd’hui, je suis Directrice adjointe des ressources humaines d’une des plus grandes banques togolaises, si non la première.

5cd43b7a67898b289717d6e5717ab4b9
image-6742

“Peace Dove” à Lomé, Togo

Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Je n’ai pas vraiment choisi ce métier. J’y suis arrivée par la force des choses. Et j’aime beaucoup.

Parle-nous d’une journée type.

Nos journées ne se ressemblent pas du tout. Une journée type de travail commence à 7h30 et elle est censée prendre fin à 18h00. Il m’arrive d’avoir des extras jusqu’à 22h. Mais la journée de maman commence plus tôt en moyenne à partir de 5h du matin.

Quel est ton parcours universitaire ? Ecoles ? Concours ? Comment ça se passe ?

J’ai un parcours universitaire un peu particulier. Après le bac, j’étais partie au Bénin pour étudier la sociologie avec l’intention de devenir une assistante sociale. J’ai très rapidement déchanté quant au retour de la 1ere année, mon père m’a déniché un stage au sein d’une O.N.G. (NDLR: Organisation Non Gouvernementale) nommée “Terre des Hommes”.

J’ai été accueillie avec un grand “Bonjour maman !” de la part d’une cinquantaine d’enfants âgés d’au plus 5 ans, maltraités, mutilés etc. J’ai compris que je ne pouvais pas tenir dans ce milieu. Je n’arrivais pas à voir en face la souffrance de ces enfants. Mon stage n’aura duré que 24h…..Interdit de se moquer… ! (NDLR: OK Chef! promis)

278a4cfa88906256c6efbea64dbd0902
image-6743

Monument symbolisant l’Indépendance du Togo, à Lomé

J’ai sérieusement commencé par envisager un plan B. Au cours du 1er semestre, une amie m’a informé qu’il y avait un projet d’école financé par un organisme international qui avait comme ambition de former des jeunes dans le souci de les rendre opérationnels dès la fin du parcours.

Il y avait la gestion des ressources humaines au programme. Je suis allée sur Internet savoir ce que c’était. Les cours avaient démarrés depuis 4 mois et à l’entretien, le responsable du projet a rejeté mon dossier. Je suis revenue le lendemain lui demander de me donner une chance de m’inscrire et de me donner les 2 mois de cours restant avant la fin du 1er semestre. J’étais d’accord d’abandonner si je n’avais pas 12 de moyenne.

Rattraper 4 mois de cours, continuer et préparer l’examen, apprendre en 2 mois ça n’a pas été du gâteau. La passion aussi m’a aidé. J’en suis sortie avec 14 moyenne et une mention très bien à la fin du cursus. L’université de l’état béninois a reconnu notre diplôme et l’a validé en Bac+3. Apres quoi, j’ai préparé une autre licence en gestion d’entreprise et un MBA en gestion des Ressources Humaines. (NDLR: Congrats!!!!!)

Quelles sont les difficultés rencontrées durant ton parcours ?

Difficulté de parcours, je rends grâce à Dieu, je n’en ai pas eu de si graves à raconter. Les classiques d’étudiant et d’employée aujourd’hui.

Quelles sont les avantages de cette profession ? Les inconvénients ? 

Avantages :

  • Elle n’est pas monotone, car on a des journées avec beaucoup de surprises ;

  • Contribuer efficacement au développement professionnel de ces collègues ; et

  • Le plaisir de rendre service.

Inconvénients :

  • Le GRH est très souvent entre le marteau et l’enclume ; entre la direction générale et le personnel ;

  • On est parfois obligé de prendre des attitudes pour s’imposer, ce qui déforme parfois notre propre personnalité ; et

  • Le côté moins drôle de chose est de faire appliquer les règles disciplinaires à l’égard de ces collègues/amis. C’est à nous de signifier les fins de contrat.

Et pour la vie de famille ?

J’ai une petite fille d’un an. On ne se voit pas beaucoup, mais je m’efforce de lui consacrer le weekend.

Photo 126
image-6744

Ta place de femme dans ce milieu ? Comment la vis-tu ? Les femmes sont-elles solidaires entre elles?

Dans mon entreprise, j’ai été la seule femme du comité de direction pendant un peu plus de 3 ans. Forcement cela a eu un impact sur ma personne. Positif ou négatif, je ne saurai m’apprécier. Il est très difficile de se faire entendre quand on est une jeune femme qui dirige un pôle de dépenses non négligeable dans une banque.

Heureusement qu’entre drh, on n’arrive plutôt à se soutenir et à s’entraider.

Quels sont les conseils que tu pourrais donner à une jeune fille qui aimerait faire la même chose que toi ?

  • Savoir ce que l’on veut ;
  • Avoir le sens de l’humain et de la communication ;
  • Et si ma jeune sœur est sur le marché africain, je lui conseillerai de faire en plus de la formation RH, une transversale en commerce, finance, et informatique. Nombreuses sont encore les entreprises qui ne trouvent pas la nécessité de la fonction.
  • Et enfin, être déterminée à avancer malgré les difficultés.

Quel était ton modèle quand tu étais plus jeune ? Et pourquoi ?

De modèle je n’en ai pas vraiment eu. J’admirais la force de caractère de ma mère. Elle ne sait pas ce qu’on appelle “baisser les bras” et cela encore jusqu’à l’heure où je vous parle.

Kayi-Rose-Mivedor
image-6745

J’ai par contre travaillé avec une dame qui aujourd’hui dirige une banque commerciale. C’est une première par ici. Elle est juriste de formation et a su s’imposer dans ce monde très masculin. Elle s’appelle Kayi Rose Mivedor. Oui je l’admire. (Pour découvrir son profil c’est ici: Le Magazine de L’Afrique).

A une période de ta vie, as-tu souffert de ne pas avoir de modèle ? 

Non pas du tout. J’avais mes parents et pour moi, ça suffisait.

83004192_o
image-6746

Quel est ton produit beauté chouchou ? 

Quand on a une peau grasse, il faut faire attention aux boutons d’acné. Avec la chaleur tous les jours de l’année, mieux vaut avoir de quoi se rincer vite fait le visage. Et pour cela, je me chouchoute le visage avec le Gel nettoyant sans savon d’AVENE Eau Thermale.

Quels sont tes futurs projets ? 

Je n’en ai pas. Néanmoins j’ai envie de créer quelque chose. Je n’ai encore aucune idée. J’espère vite trouver et revenir vous en parler. Eh voilà….. !

Merci à Inan pour sa participation, nous lui souhaitons pleins de bonnes choses pour la suite….

Tout comme Inan, je pense que les femmes doivent avoir de la volonté et casser les limites naturelles en elles qui peuvent les empêcher d’aller plus loin même si elles ont tout à fait les compétences : il faut promouvoir le leadership féminin ! Il faut également mettre en avant les valeurs de la femme, dans des secteurs très masculins.

Qu’en pensez-vous?

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *