A quand un « Strong Black Lead » en France ?

C’est une question qui me taraude depuis que le géant Netflix a mis en ligne une courte vidéo pour promouvoir les acteurs/actrices, réalisateurs/réalisatrices et producteurs/productrices afro-américain.e.s dans les médias. 

En effet, le 24 juin dernier, la vidéo ci-dessous a été publiée sur un nouveau compte Twitter dénommé « Strong Black Lead » :

Quand je l’ai vu, je me suis dit « Whaou! Ce clip est exceptionnel! le message envoie du lourd! ». Cette vidéo est un véritable plaidoyer pour les nouveaux visages noirs des médias américains.

Pour information, la mise en scène de la vidéo est une reproduction de la célèbre photographie « A great day in Harlem », prise en 1958 par Art Kane, photographe et directeur d’un magazine d’art, dans laquelle on y retrouve 57 musiciens et musiciennes de jazz, lors de son époque florissante. Dans ce projet, le « Strong Black Lead » a réuni au total 47 créateurs/créatrices, réalisateurs/réalisatrices et acteurs/actrices noir.e.s des programmes originaux de Netflix. J’ai bien évidemment reconnu Spike Lee, Ava DuVernay, Laverne Cox ou encore Nia Long…

A great Day in Harlem, 1958 @Art Kane

« Strong Black Lead », pourrait se traduire par « Chef noir et puissant » ou encore « Noir, puissant et de premier plan ».

« Nous nous levons sur toutes les scènes et sur tous les écrans.

Nous ne sommes pas un genre », genre au sens de « catégorie », comme on dit « films de genre ».

« Parce que », martèle le jeune comédien de seize ans Caleb MacLaughlin (star de la série Stranger Things) « il n’y a pas qu’une façon d’être noir.

Nous écrivons un instant noir, nuancé et complexe, fort et résilient ». 

« Ce n’est pas un moment; c’est un mouvement. Aujourd’hui, c’est un grand jour pour Hollywood « .

Cet instant magique se termine ensuite sur une photo de famille qui réunit tout ce beau monde sur les marches d’un petit immeuble de briques. Le même, au numéro 17 de la rue dans laquelle le magazine Esquire avait fait poser en 1958 des légendes du jazz américain. 

Franchement après la diffusion d’un message si beau, si émouvant et si bien exprimé, que voulez-vous rajouter? On ne peut qu’avoir envie d’applaudir!

A travers un message aussi fort et aussi puissant, on remarque que Netflix n’est pas seulement une plate-forme numérique qui propose des séries, des documentaires, des fictions ou tous autres shows, mais il s’agit d’un média qui véhicule des engagements, des valeurs et des choix, je dirai même une politique. Il existe une véritable idéologie chez Netflix.

En effet, on peut penser à l’accord que Netflix a signé avec Michelle et Barack Obama, lesquels produiront des contenus pour la plate-forme de vidéos, sans préciser quelle forme ils prendront. Il pourrait s’agir de séries, de fiction, de télé-réalité, de documentaires ou encore de films documentaires et de longs-métrages. 

« Nous espérons cultiver et aider à s’affirmer les voix de talent, sources de créativité et d’inspiration qui promeuvent davantage d’empathie et de compréhension entre les peuples. »

Barack Obama

« Barack et moi avons toujours eu foi en la puissance du récit pour nous inspirer, nous faire réfléchir différemment sur le monde qui nous entoure et nous aider à ouvrir aux autres nos esprits et nos cœurs. »

Michelle Obama

Dans le même temps, Netflix a renvoyé Jonathan Friedland, son directeur de communication, pour avoir tenu des propos racistes envers la communauté noire. En effet, ce dernier a prononcé à deux reprises le « N-word » au sein de l’entreprise, ce qui est un mot très méprisant envers les Noirs.

Tout récemment, Netflix vient de dévoiler les intrigues des nouvelles séries de la très talentueuse Shonda Rhimes, créatrice de « Grey’s Anatomy », « Scandal » ou encore « How to Get Away with Murder ». D’après les résumés de ces  nouvelles fictions, les femmes seront à l’honneur. 

Netflix et Shondaland préparent un projet sur les mémoires d’Ellen Pao « Reset : My fight for Inclusion and Lasting Change » : La série détaillera la vie et la carrière de cette femme d’affaire américaine, notamment le procès pour discrimination sexuelle qu’elle a intenté contre son ancien employeur Kleiner Perkins en 2012 et qui a déclenché un important tollé médiatique, secouant la Silicon Valley à l’aube du mouvement Time’s Up.

Ou encore, l’adaptation du roman primé d’Isabel Wilkerson, lauréate du prix Pulitzer, « The Warmth of Other Suns ». La série revient sur les décennies de migration des afro-américains fuyant le sud à la recherche d’une vie meilleure dans le nord et l’ouest des États-Unis entre 1916 et 1970. C’est l’actrice Anna Deavere Smith (de « Nurse Jackie ») qui sera aux commandes.

Anna Deavere Smith copyright: Photo: David Rose/CBS ©2002 CBS Worldwide Inc. All Right Reserved.

Bon, après la naissance de ce mouvement au pays de l’Oncle Tom, j’aimerai voir émerger ce genre de mouvement en France. Comme le demande si bien ma chère Jennifer Padjemi à Netflix France, à quand ce genre d’initiative dans l’hexagone ?

Après tout, on peut aussi espérer voir se développer un mouvement qui fait la promotion des visages noirs dans les médias français non? Très honnêtement, à la sortie de BET France, je m’attendais à voir des séries, documentaires et fictions afro-françaises. Ma déception a été grande quand j’ai constaté que la chaîne se bornait à diffuser essentiellement des séries américaines telles que « le Prince de Bel Air », « Tout le monde déteste Chris » ou encore « Being Mary Jane », sachant que toutes ces séries ont déjà été suivies par la plupart des Noirs de France sur internet ou à la télé quand on avait … quinze ans!

Je m’attendais sincèrement à voir des documentaires réalisés par des Noir.e.s de France comme Amandine Gay (« Ouvrix la Voix »), Rokhaya Diallo, Jean-Claude Barny (« Le Gang des antillais »), Alice Diop, Maïmouna Doucouré ou encore Lucien Jean-Bapstiste (« Première étoile », « Il a déjà tes yeux »).

Plutôt que de transposer des shows américains en France, on pourrait s’attendre à voir sur nos écrans d’ordis et de télévision, de nouveaux visages noirs et français, que ce soit des acteurs/actrices, réalisateurs/réalisatrices ou producteurs/productrices : la France AUSSI compte des talents noirs dans les médias, alors à nous de les mettre en avant! Et pour cause, après la disparition de la chaîne France ô pour des « raisons financières », n’attendons pas que l’audiovisuel public français se bouge de ce côté…

A nous d’aller creuser la réalité qui se trouve derrière cette vidéo !

 

Ajiona Alexus (13 Reasons Why)
Alfre Woodard (Luke Cage; Juanita)
Alisha Boe (13 Reasons Why)
Antoinette Robertson (Dear White People)
Antonique Smith (Luke Cage)
Ashley Blaine Featherson (Dear White People)
Ava DuVernay (13th, Central Park Five)
Brett Gray (On My Block)
Britney Young (GLOW)
Caleb McLaughlin (Stranger Things)
Chante Adams (Roxanne Roxanne)
Cheo Hodari Coker (Luke Cage)
Danielle Brooks (Orange is the New Black)
Dawn Porter (Bobby Kennedy for President)
DeRay Davis (How To Act Black)
Derek Luke (13 Reasons Why)
DeRon Horton (Dear White People)
Gabrielle Dennis (Luke Cage)
Hayley Law (Altered Carbon; Riverdale)
Justin Simien (Dear White People)
Justine Simmons (All About The Washingtons)
Kano (Top Boy)
Kat Graham (The Holiday Calendar; How It Ends)
Kia Stevens (GLOW)
Laverne Cox (Orange is the New Black)
Lena Waithe (Master of None; Dear White People; Step Sisters)
Logan Browning (Dear White People)
Marlon Wayans (Naked; Woke-ish)
Marque Richardson (Dear White People; Step Sisters)
Mike Colter (Luke Cage)
Mustafa Shakir (Luke Cage)
Nia Long (Roxanne Roxanne, Dear White People)
Nia Jervier (Dear White People; Step Sisters)
Priah Ferguson (Stranger Things)
Quincy Brown (The Holiday Calendar)
Rapsody (Rapture)
Rev Run (All About The Washingtons)
Russell Hornsby (Seven Seconds)
Sacha Jenkins (Rapture)
Samantha Logan (13 Reasons Why)Sierra Capri (On My Block)
Simone Missick (Luke Cage)

Spike Lee (She’s Gotta Have It)
Steven Silver (13 Reasons Why)
Sydelle Noel (GLOW)
Vaneza Oliveira (3%)
Yance Ford (Strong Island)

N'hésitez pas à partager cet article!
1
Rendez-vous avec Patricia Essong pour un bel homma... A Paris, ce dimanche 11 novembre à 19h, au Théâtre "Comédie de Paris", se tiendra la première représentation du spectacle Miriam Makeba : My Story. ...
Merci à Aya Nakamura d’être ce qu’elle... Face à de nombreuses attaques sur les réseaux sociaux qui se conjuguent avec racisme, sexisme, ignorance ou encore jalousie, je tenais à dire MERCI ...
« Dans la peau d’Audie » de Cherifa Tabiou... Hello tout le monde! Comment allez-vous? Ca y est, ce lundi marque officiellement la fin de l'été indien, alors à nous les écharpes, gants et mante...
« Black Panther » vient rappeler que les Femmes No... ****Attention aux SPOILERS**** Dès sa sortie en France, je suis allée voir "Black Panther", le nouveau film de Marvel pour faire honneur à ce super...

2 Comments

  1. C’est marrant parce qu’en regardant la série En Bref de Netflix et je me faisais la reflexion que les reportages, bien que tres instructifs, étaient américano centrés.
    a y regarder de plus pret, c’est exactement la meme chose avec BET, ceux sont des instruments de diffusion de la culture américaine, purement et simplement.
    Une internationalisation à la Mcdo en mode « think global act local », on y est pas du tout, et en ce qui concerne la question noire… encore moins.

    Des bises
    Clarisse

    • Je suis complètement d’accord avec toi!
      On continue d’absorber des contenus US comme si aucune richesse afro-française n’avait d’importance dans les médias français dédiés à la culture afro…
      Hâte que ça change!
      Gros bisous ma Clarisse et merci pour ton post
      ❤️❤️❤️❤️
      Kidji

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.