Kidji's Book Club

Nos Identités, Celles qu’on nous impose et Celles qu’on nous cache

Aujourd’hui on va parler d’un recueil de nouvelles : « Nos identités, celles qu’on nous impose et celles qu’on cache » par Aya Cissoko, Grace Ly, Jennifer Padjemi, Hawa N’Dongo, Nocturne et Sarah Saysouk aux éditions Rageot et en collaboration avec l’association Diveka.

Au cœur de ce recueil, six autrices sont réunies pour exprimer leurs identités à travers six nouvelles porteuses de messages forts.

Tout commence avec un concours d’écriture qui a pour thème : Identités, celles qu’on nous impose et celles qu’on cache. L’association Diveka et les éditions Rageot se sont alliées pour publier cet ouvrage qui regroupe six personnes différentes. Le but était de permettre à des plumes invisibilisées et stéréotypées de se montrer, partager leurs cultures, des expériences, ainsi que de montrer toutes les identités qui composent notre société normative.

Le partage des expériences et la multiplicité des styles d’écriture recueillis dans ce recueil nous invitent au cœur d’histoires variées, aux formes hétéroclites, portées par six voix issues de la diversité.

« Un livre à lui seul ne permettra jamais de représenter la pluralité et la complexité de nos identités. Seule la multiplicité des voix et des supports permettra de tendre vers de meilleures représentations. »

C’est avec humilité et émotion que chacune des six nouvelles se déploie dans le recueil.

Très différents les uns des autres, ces textes abordent avec simplicité et bienveillance la pluralité et la multiplicité de nos identités. C’est en questionnant les héritages, les origines, l’acceptation et le partage que les identités prennent corps. 

Chaque nouvelle est unique mais ensemble, elles révèle un message universel qui parle à n’importe qui.

La première nouvelle est écrite par Grace Ly : « La poésie du bubble tea ». Cette délicate nouvelle aborde l’amitié entre filles à l’adolescence, la relation mère-fille et l’histoire d’un héritage familial qui peut paraître difficile à porter pour la jeune Basilia. Cette histoire est touchante et révèle une vraie symbolique concernant le choix des prénoms et leur signification. 

La deuxième nouvelle est écrite par Nocturne : « Hors du terrier ». On peut être déstabilisé par cette nouvelle qui mélange le roman et la fiction. Les thèmes abordés sont l’identité sexuelle, l’amour entre deux femmes qui se retrouvent sur Paris pour célébrer un évènement LGBTQA+. Dans ce récit, j’ai apprécié la pudeur pour traiter le thème de l’homosexualité vécue en province et dans une grande ville. 

La troisième nouvelle est écrite par Aya Cissoko : « L’initiation ». Le texte prend la forme d’une pièce de théâtre pour raconter l’histoire de Hatouma, une maman malienne avec Massou, sa fille de 19 ans. On est face à un problème de générations et de quête identitaire qui tiraillent les deux femmes. Entre la fatigue, la lassitude de vivre dans un pays où l’on ne maîtrise pas toujours les codes et l’envie de réussir et de trouver sa place, je me suis beaucoup retrouvée en lisant cette nouvelle. Très belle histoire!

La quatrième nouvelle est de Sarah Sayouk : « Voyage entre les mondes ». L’histoire met en lumière le manque de représentation des personnages d’origine asiatique, encore trop souvent cantonnés aux mêmes rôles dans les films et les séries. Les stéréotypes sur les hommes asiatiques sont abordés, avec l’utilisation d’un monde imaginaire dans lequel le personnage principal se plonge pour se sentir lui-même.

La cinquième nouvelle est celle de Jennifer Padjemi : « Un latte, s’il vous plaît ». Connaissant très bien le style d’écriture de Jennifer, j’ai trouvé cette histoire trop courte. Elle méritait un roman entier. Les thèmes abordés sont la gentrification et une relation entre deux amies d’enfance qui ne vivent pas les mêmes difficultés. Elles ont des rêves communs mais la différence sociale est une réalité qu’elles ne peuvent ignorer. Très belle histoire dans laquelle je me suis reconnue à l’époque où j’étais encore une jeune étudiante en droit qui devait jongler entre ses ambitions, son job alimentaire et ses partiels à préparer.

La sixième, et dernière nouvelle est celle de Hawa N’Dongo : « La photo de classe ». J’ai littéralement adoré cette histoire. Vous savez, quand j’étais enfant, le jour de la photo de classe était un évènement. J’ai tellement de bons souvenirs encore aujourd’hui quand je retombe sur ces vieilles photos! Dans cette nouvelle, les parents d’Astou, d’origine sénégalaise sont tellement enthousiastes à l’idée de la photo de classe, qu’ils ont prévu une tenue traditionnelle pour le jour J. Cependant, la jeune fille a peur de porter cette jolie tenue à cause de la réaction de ses camarades de classe. Cette histoire est juste magnifique et les personnages sont flamboyants.

Toutes les histoires témoignent d’une ouverture vers un univers personnel très riche. Du contemporain à la fiction, les textes s’enchainent et nous invitent à une certaine forme d’émotion et de fierté, car la lecture de ces six nouvelles nous transporte et impossible de rester indemne.

Véritable appel à l’acceptation de soi et de l’autre, je ne peux que vous recommander ce recueil!

Ces histoires parviennent à capter notre société et à pointer du doigt ces manquements. Cependant, le format « nouvelles » ne permet pas toujours de développer certains personnages dans leur complexité. 

kidji

"Always higher and further together!" N'ayons pas peur de rêver et de voir la vie en GRAND!
Kidjiworld est un blog qui vous fait rentrer dans mon univers.
Joyeuse et optimiste dans la vie, je tente de faire en sorte que cela transparaisse dans mes lignes que je vous livre ici.
A très vite!

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les donné